jeudi 11 mars 2010

Camp d`évaluation de la CFL du 12 au 14 mars

Après le camp d`évaluation du 10 mars chapeauter par le Rouge et Or , c'est au tour du camp d'évaluation de la CFL en vue du repêchage du 2 mai qui débutera demain à Toronto. Sur les 15 des meilleurs espoirs, tels que définis par la Centrale de dépistage de la LCF qui seront présent au camp de la crème de la crème (E-Camp)  , 10 de ces joueurs sorte du circuit Universitaire et les 5 autres de la NCAA. 3 joueurs de la FLUQ font partie de ce groupe d`élite ; Cory Greenwood(LB) Concordia , Cory Watson (WR) Concordia et Joash Gesse (LB) Montreal.
Pour ce qui du camp d`évaluation en tant que tel, 3 de nos Rouge et OR sont inviter au camp de vendredi ; Samuel Fournier (RB), Marc-Antoine Beaudoin-Cloutier (DL ) et Michel Boudreault (OL) qui malheureusement soigne une blessure qui tarde a guérir , texte de Richard Boutin.
De ce lot , 3 excellants Quart-arrières seront présents ; Danny Brannagan(QB) Queen's , Justin Dunk (QB) Guelph et le gagnant du trophée Hec Creighton , Erik Glavic (QB)Calgary. Pourront-il percer la CLF en tant que pivot à l'offensive ? Hein!!! un ptit Canadien quarter-back ??? Entend-je.. J'espère bien voir un jour la LCF changer d'attitude et de vision et la voir donner au QB Canadien une vraie chance de faire leur preuves.... Je suis encore amère d'avoir vu Mathieu Bertrand de l'UL rapidement transformé en centre-arrière après qu'il eu complètement dominé le circuit Universitaire Canadien ; alors qu'il aurait pu jouer avec un peu de temps, aussi bien qu'un collégial américain , le rôle second violon à Edmonton ou ailleurs ...

Michel Boudreault

9 commentaires:

  1. Dans Le Soleil de ce matin

    Laval comme plan B de DesLauriers

    Les intentions d’Anthony DesLauriers sont bien réelles. S’il ne peut se tailler une place chez les Argonauts de Toronto (Ligue canadienne de football), il étudiera sérieusement la possibilité de terminer sa carrière universitaire avec le Rouge et Or. «C’est moi qui a appelé coach Constantin», a indiqué le demi de sûreté (6’, 185 lb) lors d’un entretien téléphonique. Je lui ai dit que je prendrais part au camp d’entraînement des Argos en juin et que j’espérais bien demeurer avec l’équipe. Je lui ai cependant expliqué que je devais élaborer un autre plan si jamais je ne faisais pas le club et que je ne pourrais pas retourner avec le Clan de l’Université Simon Fraser, qui jouera la saison prochaine dans la NCAA, où l’admissibilité des joueurs est limitée à quatre années. Je lui ai indiqué que je devrais me trouver une nouvelle formation universitaire et que je serais intéressé à évoluer à Laval.»

    C’est lors de la dernière Coupe Vanier que DesLauriers a eu une première impression des plus favorables pour Québec et son équipe. Présent au banquet où il a été nommé sur la première équipe d’étoiles canadienne, il a fait la connaissance de joueurs lavallois qui lui ont fait découvrir les charmes de la Vieille Capitale. C’est peu après qu’il a décidé d’ajouter l’Université Laval dans son plan B, et ce, même s’il est originaire de Surrey, en ColombieBritannique.

    « Je complète présentement une mineure en langue française. Étudier à Québec serait pour moi l’occasion d’approfondir mes connaissances du français et de vivre une très belle expérience.»

    Interrogé sur les origines de son nom très francophone, il a indiqué qu’il croyait que son grandpère paternel était originaire du Québec. Il a cependant ajouté que son père Laurent était natif de la Colombie-Britannique. «Ma mère est cependant d’origine québécoise. Elle s’appelle Caroline Hébert. Je pense d’ailleurs qu’elle a encore de la famille au Québec.»

    DE LA COMPÉTITION

    Malgré son intérêt pour le programme du Rouge et Or, DesLauriers ne cache pas que d’autres établissements sont aussi dans la lutte pour obtenir ses services. Il y aurait notamment l’Université de Calgary, où évoluent les Dinos de l’entraîneur-chef Blake Nill.

    Même s’il n’a pas voulu élaborer sur la liste des établissements où il ambitionnerait de terminer sa carrière universitaire, il a été clair. «C’est certain que je vais favoriser une équipe qui a des chances d’aller à la Coupe Vanier. J’ai eu l’occasion d’assister au match de l’année dernière et ça m’a donné le goût d’y prendre part.

    «Au cours de ma carrière, j’ai obtenu plusieurs honneurs individuels, mais je n’ai jamais eu la chance de vivre quelque chose de si gros et intense au niveau collectif. Je me suis dit que si je revenais dans les rangs universitaires, il faudrait que je fasse tout ce qui est en mon pouvoir pour avoir l’opportunité de jouer dans la grande finale nationale. Pour le moment cependant, je ne pense pas à ça. Je me concentre sur les Argos et sur le camp d’entraînement qui se mettra en branle au mois de juin. C’est là-dessus que je mets toutes mes énergies.»

    RépondreSupprimer
  2. @ Famous Guacamole...Si Anthony Deslauriers ne fait fait pas le club à Toronto, le Rouge et Or va avoir tout un athlète entre les main ; jài l`impression que ca lui tente en tabarouette d'avoir la chance de gagner la coupe Vanier pour finir sa carrière Universitaire...Un autre que j'ai hâte de voir la binette c'est le receveur de passe Français , Anthony``ocho cinqo``Dablé ; Je lui ais envoyer quelques questions ....et j'attends ses réponses...

    Merci encore M.Guacamole, vous êtes un super 13ieme Rouge et Or !

    RépondreSupprimer
  3. oui, Dable devrait etre un tres beau projet!

    RépondreSupprimer
  4. Franco, attention il y a aussi Calgary dans la course pour Deslauriers ! Mais chose certaine, Laval semble lui tenter avec la mineure qu'il fait en français et sa descendance québécoise.

    J'ai hâte de voir pour Dablé mais j'ai toujours des doutes sur les receveurs français, surtout qu'il aura toute une compétition pour un poste régulier, même dans quelques années !

    Petit commentaire en passant, le journaliste du Journal de Québec qui écrit souvent sur le football universitaire s'appelle Richard Boutin et non Christian !! ;)

    Et pour les quarts canadiens dans la CFL, j'ai bien peur qu'on ne soit pas à la veille d'en voir, en fait tant que le ratio des joueurs non-importés ne les inclura pas. Dommage pour tous les Bertrand, Faulds, Brannigan et Glavic de ce monde...

    RépondreSupprimer
  5. @Sylven ...Je me suis trompé, combien de fois avec M. Boutin...lol...mille excuses ! Effectivement le calibre en France est peut-être surévaluer mais a 6`-4" 200lbs c'est une belle petite chape de WC ...on verra ben...il a l'air a dominé avec le Centaure avec son quart arrière..
    Je comprend le fameux ratio....mais si la LCF prenais a cœur un peu plus les jeunes QB du pays en changeant les règlement ca en inciterais peut-être plus a jouer a cette positions ; la NCAA a bien adopté des règlements plus protectionniste envers les jeune Américains? Pourquoi pas la CFL ? Oui , il y a un minimum de Canadien dans chaque équipe mais il pourrait en faire un peu plus envers les quart arrières et arrêter de se comporter comme une ligue professionnel de second niveau...
    Merci de vos super commentaires...avec le temps ca va être pas pire...

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Bon... est-ce qu'il y a quelqu'un qui pourrait me donner les détails des ratios dans CFL.

    Ca marche par position ? C'est pour ça qu'il y a tant de OL ?

    Ou par la quantité de joueurs ?

    Bref, c'est pas clair !

    Chris

    RépondreSupprimer
  8. @Cris ...vous pouvez avoir ces renseignements et autres ici http://www.cfl.ca/page/game_rule_ratio.
    merci , pour votre participation!

    RépondreSupprimer
  9. Effectivement, avec 10 ou 15 lb de plus, Dablé aurait toute une shape pour un receveur.

    Franco, je ne peux qu'être d'accord avec toi qu'un changement de règlement serait bénéfique pour favoriser l'émergence de quarts canadiens. Mais malheureusement, malgré le beau slogan patriotique (it's our league), les actes ne suivent pas toujours les paroles dans la CFL. Peut-être que le fait qu'il y ait beaucoup de dirigeants d'équipes qui soient Américains n'est pas étranger à cela...

    Chris, pour faire une histoire simple, chaque équipe a un maximum de 42 joueurs, soit trois quarts, 20 importés et 19 non-importés. Et parmi les 24 partants, au moins 7 doivent être des non-importés. On s'entend que c'est pas des exigences trop étouffantes mais certaines équipes ont de la misère à les rencontrer et demandent que le ratio de joueurs canadiens soit réduit. Pourtant, les deux équipes finalistes de la Coupe Grey l'an passé en avaient plus que le minimum requis...

    RépondreSupprimer

Pages