lundi 7 mars 2011

Journal de Québec – Sports - Saison compromise pour Pascal Baillargeon

Journal de Québec – Sports - Saison compromise pour Pascal Baillargeon

Appuyé sur des béquilles, Pascal Baillargeon reçoit des mots d’encouragement du bloqueur Matthew O’Donnell (70), des Gaels de Queen’s.
© agence QMI

TORONTO Le camp d’évaluation de la LCF a tourné, hier, au cauchemar pour Pascal Baillargeon.

Selon les premières observations de la physiothérapeute des Argonauts de Toronto présente sur place, le garde du Rouge et Or de l’Université Laval a subi une déchirure du ligament croisé antérieur du genou gauche.

«J’ai senti deux bruits dans mon genou et je savais dès ce moment que la blessure était sérieuse, a raconté Baillargeon. Ce n’est pas la façon dont je voulais sortir du camp d’évaluation.»

«Je continue d’espérer que c’est seulement mon ménisque qui a été touché, de poursuivre le gaillard de 6 pi 5 po et 300 livres sans trop y croire. Je m’en vais en Floride où je subirai des traitements de notre physiothérapeute Guy Asselin. C’est préférable pour le moral que je sois avec les gars plutôt que de me retrouver seul à la maison.»

Identifié comme le 12e plus bel espoir en prévision du repêchage de la LCF du 8 mai, Baillargeon connaissait une bonne fin de semaine jusqu’au moment où un bête accident s’est produit. Dans une situation d’un contre un avec le plaqueur Renaldo Sagesse, le produit des Faucons de Lévis-Lauzon a vu tout basculer l’instant de quelques secondes.

«Mon soulier est resté pris dans le gazon, a-t-il expliqué. Mon pied n’a pas bougé et c’est mon genou qui a encaissé le coup. J’étais content de ma journée et ce n’est pas la façon dont je voulais que cela se termine. J’avais bien fait dans les un contre un et cette blessure vient ternir ma journée.»

«C’est certain que ce n’est pas une bonne nouvelle pour le repêchage, de poursuivre Baillargeon. Si mon ligament croisé antérieur est bel et bien déchiré, je vais rater ma dernière saison à Laval. Après une aussi grosse blessure, on ne sait jamais comment notre corps va réagir.»

Soutien

Aux premières loges quand Baillargeon est tombé au combat, Christopher Milo s’est immédiatement rendu auprès de son coéquipier pour le réconforter. «Je me sens vraiment mal pour Pascal, a exprimé le botteur du Rouge et Or. C’est plate de voir ton chum pleurer. Sa bulle a pété, mais il reste de l’air dedans.»

«C’est certain que c’est difficile à accepter pour le moment, mais il s’agit seulement d’une bosse sur son chemin, de poursuivre Milo. Pascal a tellement de talent que ce n’est pas terminé. Les équipes de la LCF vont regarder plus loin que sa blessure. Comme lui disait la physiothérapeute, c’est plate à dire, mais les vestiaires sont remplis de joueurs qui ont subi ce genre de blessure.» Marc-Antoine Fortin avait aussi de bons mots pour son pote. «C’est une malchance, a mentionné l’ailier défensif du Rouge et Or. Ce n’est pas la faute d’un des deux joueurs. Pascal faisait tellement bien.»

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pages